July 6, 2021

Cellules environnementales de ministères au Bénin, un levier de la Communauté des pratiques MRV (CdP-Benin)

La Cellule Environnementale est une unité fonctionnelle au sein de I‘administration qui l’abrite et une interface entre I ‘Agence Béninoise pour l’Environnement (ABE) et les promoteurs publics et ou privés qui initient et ou exécutent des programmes et projets de développement (article2).

Elle a été mise en place par le décret N°2011–281 du 02 AVRIL 2011 portant création, attributions, organisation et fonctionnement des cellules environnementales en République du Bénin. Elle a pour mission de veiller à l’intégration de la dimension environnementale dans les politiques, programmes et projets de développement dans son secteur ministériel ou sur le territoire du département concerné (article3).

A ce titre, elle est chargée de :

sensibiliser les directions sectorielles du ministère et les promoteurs de projets sur la nécessité d’intégrer la dimension environnementale dans l’élaboration de leurs politiques, programmes et projets ;

participer à la vulgarisation des outils juridiques et techniques de l’évaluation environnementale dans les différentes structures du ministère ;

veiller au respect des normes environnementales dans l’élaboration des politiques, programmes et projets de développement à caractère national ;

orienter les promoteurs sur la procédure d’évaluation environnementale relative à leurs projets ;

analyser, examiner et adopter les rapports d’étude d’impact environnemental simplifiée et transmettre par les voies hiérarchiques le résultat au Ministre chargé de Cadre de Vie, à l’attention de l’Agence Béninoise pour l’Environnement (ABE) ;

assurer l’archivage des copies des dossiers d’évaluation environnementale de leur ministère sectoriel ou de leur département ;

veiller à la mise en œuvre et au suivi permanent des Programme de Gestion Environnementale (PGE) et produits des rapports de suivi environnemental à I’Agence Béninoise pour l’Environnement.

La Cellule Environnementale est logée dans les ministères à la Direction de la Programmation et de la Prospective (DPP) (article4).

Cet article a pour objectif principal de démontrer la pertinence de l’implication des membres des cellules environnementales au sein de la Communauté de Pratique du MRV Climatique et de consolider une dynamique d’apprentissage, d’échange, d’entraide et d’innovation entre les membres permettant de renforcer leurs capacités en matière d’intégration des MRV Climatiques tant au niveau des ministères sectoriels qu’au niveau national. Spécifiquement il s’agira de i) développer et consolider la dynamique de partage des connaissances, des outils et des pratiques sur la question de la Communauté de Pratique du MRV Climatique, ii) promouvoir la systématisation, la co-construction et la diffusion des savoirs, des outils, des stratégies ainsi que des bonnes pratiques en matière MRV Climatique, iii) renforcer les capacités d’analyse des MRV climatiques : MRV-Inventaire, MRV-Atténuation et MRV appui reçu et requis.

La CdP du MRV climatique du Bénin est composée respectivement de 18% des membres des Cellules environnementales, 68 des cadres des ministères, 8% d’étudiants et 6% des membres des organisations de la société civile.

100% des membres enquêtés révélaient que la CdP du MRV Climatique mise en place constituait un creuset de partage d’informations, de bons moyens pour apprendre orientés vers le développement et le transfert des connaissances et 20% des 100% justifiaient qu’elle permettra à certains (plus actifs) d’augmenter leur capital social, ou encore d’acquérir un statut d’expert dans le domaine des MRV climatiques.

L’analyse des rencontres en présentielle et en virtuel montrait que la CdP du MRV Climatique du Bénin est constituée d’un noyau central qui participe pleinement aux activités représente environ 6% des membres. Autour de ce noyau central gravite un groupe de membres moins actifs. Ce groupe représente environ 14% de la CdP du MRV Climatique. Un troisième palier est constitué de membres périphériques qui observent et participent très peu. Il représente les 80% de la CdP du MRV Climatique.

Cette analyse révélait que les membres actifs (6%) de la CdP du MRV climatique étaient des cellules environnementales, le groupe de membres moins actifs (14%) maîtrisait très peu les thématiques développées et les membres périphériques qui observent et participent très peu (80%) étaient à l’apprentissage.

Co-construction et diffusion des savoirs

60% des membres enquêtés définissaient la co-construction comme l’organisation structurante qui sera mise en place pour assurer de la dynamique de la CdP du MRV Climatique et le mécanisme de l’apprentissage.

L’actualisation du décret N°2011–281 du 02 avril 2011 portant création, attributions, organisation et fonctionnement des cellules environnementales en République du Bénin apparait comme une alternative à la co-construction en y intégrant la forme contraignante la CdP du MRV Climatique structurée.

La diffusion des savoirs et de l’apprentissage passe l’organisation des ateliers de renforcement des capacités tactiles.

Renforcement des capacités d’analyse des MRV climatiques

90% des membres des cellules environnementales enquêtés justifiaient que la mission des membres des cellules a été définie pour la dimension environnementale dans les politiques, programmes et projets de développement. Pour une participation efficiente des membres des cellules environnementales, l’actualisation du décret N°2011, le renforcement des capacités à l’analyse de MRV Climatique sont nécessaires et l’apprentissage par les pairs un est moyen très efficace à moyen terme. Au regard de l’urgence à l’atteinte des objectifs de la communauté internationale par rapport à la sensibilité climatique, les formations à court terme dans le cadre de la coopération sud-sud sembleraient être la solution idéale.

Discussion

La connaissance est devenue une ressource stratégique pour accéder à de nouvelles informations. Soulignons ici la nature spécifique de cet actif « connaissance » : il ne s’agit pas d’un actif matériel, stockable et transférable facilement mais d’une pratique, reposant sur l’accumulation d’expérience, la conversation, l’apprentissage, coaching, et le travail en commun.

Les membres des cellules environnementales un groupe de personnes avec un but commun, un travail interdépendant et une responsabilité liée au résultat de protection de l’environnement conformément aux dispositions réglementaires. Les cellules environnementales ne constituent pas cadre de connaissance tactile. Les missions sont connues d’avance et les échanges relèvent du domaine de la réglementation. La connaissance est dynamique. Elle évolue dans le temps. Dans ce contexte, face à l’importance des décisions issues des différentes Conférences des Parties, les membres des cellules environnementales doivent prendre la mesure de deux nouveaux risques :

le risque d’obsolescence des connaissances vis-à-vis des décisions des COP. Il faut donc passer à l’apprentissage continu ;

le risque de perte des savoir-faire. Cette perte peut avoir lieu dans le temps, notamment le niveau de participation active à l’organisation de la communauté.

Pour éviter cette perte, nous mettons en place des dispositifs de partage et de capitalisation des connaissances « CdP du MRV Climatique ». Les cellules environnementales sont appelées à rejoindre la CdP du MRV Climatique pour concilier les actions des changements climatiques à la préservation de l’environnement.

Retenons

La participation des cellules environnementales dans l’animation de la CdP du Bénin est un FACTEUR CLÈS DE SUCCÈS et aura donc un impact clair dans la pérennisation de la communauté qui devra être intégré dans le dispositif juridique pour le MRV au Bénin.

Auteur: Dr. Aminou Raphiou, Chargé de Recherches des Universités du Conseil Africain et Malgache pour l’Enseignement Supérieur au Bénin — Coordonnateur National de la CdP MRV Bénin.

Réf: Décret N°2011–281 du 02 avril 2011 portant création, attributions, organisation et fonctionnement des cellules environnementales en République du Bénin